Élections Départementales, ou l’imposture sociale de l’extrême droite.

19 mars 2015 | Ecrit par PMARCHAND |

Élections Départementales,
ou l’imposture sociale de l’extrême droite.

L’extrême droite prospère sur le terrain de la désespérance sociale et des promesses non tenues. Sa progression n’est pourtant pas inéluctable. Il est de la responsabilité de la CGT et du syndicalisme en général, de mettre les salariés en garde contre l’imposture sociale du FN.

Il est de la responsabilité du syndicalisme de combattre la stratégie de ceux qui cultivent le rejet de l’autre et la division des salariés, pour mieux cacher leur incapacité à tracer des perspectives d’avenir et de justice sociale.
La CGT, a lancé depuis des mois une campagne (*) pour combattre les idées d’extrême droite. C’est une campagne de longue haleine. La vigilance est de chaque instant surtout en cette période électorale, avec les élections départementales des 22 et 29 mars. En ce mois de mars, la CGT reste engagée dans toute la France, dans de nombreuses actions syndicales. Chaque action, chaque manifestation, chaque grève est aussi une lutte contre les idées d’extrême droite.

Par ses actions, la CGT et tous ses militants refusent la tentation autoritaire, le « chacun chez soi », Notre combat reste de construire une société d’égalité, de liberté et de fraternité pour tous. La solution du plein emploi, du maintien des régimes des retraites, de la pérennité de la sécurité sociale, ne passe pas par ce genre d’idée stupide et d’une autre époque, celle des années 1940.

Contre l’extrême droite

La Cgt condamne tout acte contraire à ses valeurs
La CGT condamne tout acte et toute manifestation antisémite, raciste et xénophobe. Nous rappelons la nécessité de combattre résolument les idées d’extrême droite et de mettre à jour leur dangerosité pour les salariés.
La CGT porte des valeurs universelles de solidarité, de fraternité, d’égalité entre les salariés, quels que soient leur statut, leur origine, leur nationalité, leurs opinions philosophiques ou religieuses.
Pour la CGT il est hors de question qu’au nom de la liberté d’opinion, celle-ci puisse être représentée par des militants se réclamant de l’antisémitisme, du racisme et de la xénophobie. Comme elle a su le faire à chaque fois que nécessaire, la CGT prendra les dispositions au sein de ses organisations pour que les valeurs de liberté qu’elle porte ne soient pas détournées et pour que son image ne soit pas salie ou manipulée.

Il est utile de bien connaître l’ennemi pour mieux combattre le FN.
Nous réaffirmons que les valeurs portées par l’extrême droite sont dangereuses pour les salariés et sont une véritable imposture sociale. Le Front National ne cherche qu’à diviser les salariés et ne s’attaque jamais aux intérêts des détenteurs du Capital.

Il suffit d’observer l’attitude des maires F N envers les organisations syndicales, les associations diverses qui viennent en aide au plus démunis pour se convaincre de leurs mensonges, la liste de leurs méfaits est trop longue pour en faire état ici.
Militer à l’extrême droite, au Front National est incompatible avec l’action au quotidien de la CGT pour l’intérêt individuel et collectif des salariés du privé comme du public, privés d’emploi ou retraités, dans la tolérance et l’épanouissement des diversités.

Nous n’agitons pas le « chiffon rouge » comme d’autres le font devant le FN à la veille de ces élections. Alors que par ailleurs, ces mêmes acteurs politiques, méprisent les travailleurs. Chaque « réforme » plonge un peu plus les salariés, les privés d’emploi, les retraités, dans les difficultés que la vie quotidienne assomme chaque jour un peu plus. La future loi Macron et celle, toute aussi grave, de Marisol Touraine, ce projet de loi qui déconstruit une partie du système de santé public pour donner toujours plus de place au secteur privé et à la médecine libérale, en sont les illustration évidentes.
La journée internationale de lutte contre le racisme du 21 mars revêt un caractère encore plus important dans ce contexte, en particulier à quelques jours des élections départementales.

Nous appelons tous les militants à faire barrage dans les meilleures conditions possibles aux candidats du FN partout où ils se présentent.

(*) Avec d’autres syndicats comme la FSU, Solidaires et la FIDL, le MRAP, la JOC, l’UNEF, l’UNL.

Pour le comité Régional
Le chargé de communication
Patrice Marchand

I100  Télécharger le pdf

L’égalité maintenant, c’est possible !

05 mars 2015 | Ecrit par dbeauvisage |

8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes

L’égalité maintenant, c’est possible !

mardi 3 mars 2015

En 2015, les femmes gagnent toujours un salaire de 27% inférieur à celui des hommes et touchent une pension de retraite de 40% plus faible. Pourtant, contrairement au fatalisme entretenu, l’égalité professionnelle peut être mise en place très rapidement. Pour cela, le patronat doit cesser de bloquer toutes les négociations sur l’égalité et les pouvoirs publics doivent avoir une action résolue, dans la durée.
La CGT interpelle le patronat et le gouvernement : la crise ne saurait justifier le maintien des inégalités, il est inacceptable de sacrifier les femmes sur l’autel de l’austérité !

8 chantiers prioritaires permettraient de faire de l’égalité une réalité :

- La revalorisation des métiers à prédominance féminine avec des classifications non-discriminantes. Après un an de réunion, le groupe paritaire chargé d’élaborer une méthodologie pour évaluer les classifications n’a toujours pas rendu sa copie du fait du blocage du patronat. Garantir un salaire égal pour un travail de valeur égale est pourtant une obligation légale depuis 1972 en France, de nombreux pays européens avancent sur le sujet (Portugal, Belgique, Grande-Bretagne…), la France sera-t-elle le mouton noir de l’Europe ?

- La lutte contre les temps partiels, qui sont occupés à 80% par des femmes. Le seuil minimal de 24h prévu par la loi dite de sécurisation de l’emploi est virtuel : 46 branches (soit 75% des branches qui comptent plus d’un tiers de salariés à temps partiel) ont adopté un accord dérogeant à cette durée minimale –dont certains la réduisant à 2h hebdomadaire-. En outre, cette durée ne s’applique que pour les nouvelles embauches. La CGT exige d’urgence un bilan et de nouvelles mesures, comme le renchérissement du coût des emplois à temps partiels.

- Les sanctions ne doivent pas seulement être liées à l’obligation d’ouvrir des négociations, mais à celle de conclure des accords d’entreprise et à la suppression effective des écarts. Les entreprises qui discriminent ne doivent plus avoir accès aux exonérations fiscales et sociales.

- La mise en place d’une action de groupe permettant de lutter efficacement contre les discriminations dans l’emploi et le travail et d’obtenir des réparations intégrales des préjudices.
- La mise en place d’outils de mesure et de lutte contre les discriminations sur la carrière. Prévus par la loi pour l’égalité réelle, ils ne sont pas encore effectifs faute de décret d’application.

- L’augmentation du nombre de places en crèche ne peut être sacrifiée sur l’autel de l’austérité. En 2013, seules 14 000 nouvelles places d’accueil ont vu le jour alors que le gouvernement s’est engagé à en créer 55 000 par an. Cette situation très grave remet en cause le droit au travail des femmes, notamment des plus précaires !

- La lutte contre le sexisme et la violence au travail, avec des mesures pour prévenir les agissements sexistes et protéger les femmes victimes

- L’État doit être exemplaire et appliquer le principe « salaire égal pour un travail de valeur égal », dans la concertation de la Fonction publique sur les parcours professionnels, carrières et rémunérations.

La suppression de la discrimination salariale entre les femmes et les hommes est également une nécessité économique. L’étude commandée par la CGT aux caisses de retraites complémentaires AGIRC-ARRCO démontre que l’égalité salariale, si elle était réalisée d’ici à 2024, permettrait de résoudre 46% des problèmes de financement de l’AGIRC. La CGT va donc présenter, lors de la prochaine séance de négociation le 10 mars, des propositions précises permettant de faire enfin de l’égalité une réalité.

La CGT appelle les salarié-es à se mobiliser contre les inégalités femmes/hommes au travail et dans la vie et à participer massivement aux manifestations du 8 mars.

  • Calendrier d'événement

    novembre 2018
    L M M J V S D
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930EC
  • lien vers le site national de la CGT
  • Dernière vidéo

    Appel de Virginie Gensel dirigeante de la CGT à la mobilisation du 16 novembre

  • Archives